Prévenir la plagiocéphalie OU « tête plate » : les conseils aux parents

Par 10 décembre 2018 Nourrissons

De plus en plus de preuves démontrent que l’intervention précoce, l’implication des parents dans la pratique du repositionnement de l’enfant et l’exécution des exercices prescrits par les physiothérapeutes augmentent les chances de remodelage du crâne des enfants entre la naissance et l’âge de six mois (Trottier et al., 2012; Vlimmeren et al., 20062 ; Cavalier et al., 20113).

Voici une synthèse des conseils de positionnement qui pourraient être systématiquement enseignés à tous les parents, mais adaptés à la condition unique de chaque enfant.

 

1)ÉVALUATION DE L’ASYMÉTRIE :

Observez la tête de votre enfant à partir du dessus. C’est le point de vue le plus efficace pour déceler une asymétrie. Au besoin, consultez dès que possible, car les chances de correction diminuent avec l’âge.

 

2) PENDANT LES DODOS SUR LE DOS :

En cas d’asymétrie, positionnez la tête sur la région la plus arrondie.

 

3) LORSQU’IL NE DORT PAS :

  1. L’installer à plat ventre : éveillé et sous supervision, au minimum 20 fois par jour, pour une durée allant de quelques secondes à quelques minutes selon sa tolérance. Alternez les variantes (avec un coussin d’allaitement, un rouleau de serviette sous le thorax, etc.) et inclure cette habitude à la routine des changements de couches.
  2. Inclinez son corps : à 45° du côté la région arrondie de son crâne (en utilisant une cale ou autre) afin d’éviter que la région aplatie de la tête se retrouve en appui (dans vos bras, sur le dos, etc.) le plus souvent possible, en période d’éveil.

 

4) PENDANT QU’IL BOIT :

Placez toujours une surface moelleuse entre la tête du nourrisson et votre bras. Pour l’usage du biberon, pensez à alterner les positions.

 

5) PENDANT QUE VOUS LE PORTEZ DANS VOS BRAS :

Variez les positions de votre enfant (dos contre soi, sac ventral, incliné sur le côté, etc.) et favorisez les positions qui vont à l’opposé de ses préférences.

 

6) LORSQU’IL EST ASSIS :

Limitez l’usage du siège auto pour la voiture seulement. Alignez tête-tronc-bassin en stabilisant l’enfant avec des rouleaux de serviettes de chaque côté sans interférer avec les attaches du siège.

 

7) LORS DU CHANGEMENT DE COUCHES :

Stimulez votre enfant pour l’encourager à augmenter la rotation de son cou du côté où le mouvement est le plus limité. Environ 3 fois 10 secondes à chaque changement de couche (Persing et al., 2003). Il est anormal d’observer une restriction de mobilité ou un inconfort lorsqu’il bouge son cou.

 

8) PENDANT LES PÉRIODES DE STIMULATION :

Stimulez l’utilisation de ses bras et de ses jambes de façon symétrique. S’il préfère tourner sa tête d’un côté, il verra davantage cet hémicorps et utilisera possiblement davantage la main du côté de la rotation préférentielle du cou. Lors du jeu : variez les positions (à plat ventre, assis dans le coin du parc dans un coussin d’allaitement, couché sur le côté) pour diminuer le temps passé sur le dos lorsqu’il est éveillé et sous supervision.

 

9) LORSQU’IL EST DEBOUT :

De manière générale, évitez les accessoires (Jolly jumper, soucoupe d’éveil) qui permettent à votre enfant de se tenir debout avant qu’il ne puisse le faire de lui-même.

 

Texte : Sylvie Lessard

L’ostéopathe Magazine, N°20, Novembre-Décembre 2013 page 30

Laisse un commentaire